/
3/5

1 avis

cercle 2 (The ring 2) (Le) = The Ring Two

DVD

Nakata, Hideo. Réalisateur

Edité par DreamWorks France. s.l. - 2006

Six mois après les horribles événements qui leur avaient fait fuir Seattle, Rachel Keller et son jeune fils Aidan se sont réfugiés à Astoria, dans l'Oregon. La journaliste espère oublier ses épreuves dans cette paisible bourgade côtière, mais de nouvelles menaces ne tardent pas à planer sur sa vie. Un crime énigmatique, commis à l'aide d'une cassette trop familière, donne l'alerte : l'esprit de Samara n'a pas renoncé à sa vengeance et Rachel va devoir enquêter sur le lointain passé de la fillette pour arrêter le cycle infernal de ses violences maléfiques.

Appartient à «Le| Cercle (The Ring)»

Autres documents de la même série

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

cercle (The Ring) (Le) | Verbinski, Gore. Réalisateur

cercle (The Ring) (Le)

Verbinski, Gore. Réalisateur | DVD | Paramount Pictures. Boulogne-Billancourt | 2015

Dans la même catégorie

Bonjour Monsieur Lewis : , par Robert Benayoun. [Filmographie par Simon Mizrahi.] | Benayoun, Robert

Bonjour Monsieur Lewis : , par Robe...

Livre | Benayoun, Robert | E. Losfeld. Paris | 1972

S. M. Eisenstein : tous ses films, 250 photogrammes | Segal, Abraham

S. M. Eisenstein : tous ses films, ...

Livre | Segal, Abraham | Chêne. Paris | 1972

Tout Chaplin : tous les films par le texte, par le gag et par l'image... | Mitry, Jean - pseud.

Tout Chaplin : tous les films par l...

Livre | Mitry, Jean - pseud. | Seghers. Paris | 1972

Visiteurs du soir (Les) | Carné, Marcel (1906-1996)

Visiteurs du soir (Les)

Livre | Carné, Marcel (1906-1996) | Balland. [Paris] | 1974

Enfants du paradis (Les) | Carné, Marcel (1906-1996). Illustrateur

Enfants du paradis (Les)

Livre | Carné, Marcel (1906-1996). Illustrateur | Balland. [Paris] | 1974

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Angoissant 3/5

    Cette suite est bien plus angoissante que le 1er film. Réalisé par Hideo Nakata (réalisateur de l'œuvre originale), le film ne nous inonde pas de scènes gores mais installe autour de nous une atmosphère malsaine et angoissante. Le jeune David Dorfman est parfait en garçon habité.

    par Monsieur ASENCIO Cyril Le 19 octobre 2021 à 09:23